Présentation

Le village est construit en amphithéâtre sur le versant d’une colline de 626 mètres, la colline du Puy, dominant le Riou, autrefois nommé ENSIAY.

Le terrain accidenté, en grande partie retenu par des murs de soutènement appelés « restanques » est planté de chênes verts, de  pins et d’oliviers, dont la cueillette était une ressource principale ; Claviers a compté jusqu’à sept moulins à huile.

Le blé, cultivé jusqu’à la chapelle Ste Anne, était la principale production en 1805, selon le Préfet Fauchet. Claviers possédait deux moulins à farine.

Mais la forêt a gagné suite à l’abandon de cette culture.

La vigne qui donnait un vin riche en alcool s’est raréfiée à cause des ravages du phylloxéra à la fin du XIXe siècle. Claviers possède encore deux vignobles, celui de Méaux et le domaine Martel de Moreri. Il y a quelques années, des privés faisaient encore leur vin et on pouvait voir le pressoir de Monsieur Charles sur la place du village.

Jusqu’à une période assez récente, il y avait également de nombreux élevages de vers à soie.

On récoltait aussi pendant les mois de mai et juin les fleurs de genêt et de tilleul que l’on portait à Grasse pour la fabrication des parfums.